Année scolaire 2007/2008 : cap sur l'innovation




Frédéric Aubreton, Directeur du CFA les 13 vents, annonce une année placée sous le signe du dynamisme et de l'innovation.
Frédéric Aubreton, Directeur du CFA les 13 vents, annonce une année placée sous le signe du dynamisme et de l'innovation.
Après une courte interruption, le CFA des Treize Vents a rouvert ses portes le 20 août. L'occasion pour l'équipe pédagogique de définir les orientations d'une année placée sous le signe du dynamisme et de l'innovation. Le point avec Frédéric Aubreton, directeur de l'établissement, interviewé à la fin de la réunion de prérentrée.

Quel sera le maître mot de l'année scolaire qui s'annonce?

Nous continuons le développé du projet d'établissement défini il y a deux ans. Ces derniers mois, l'équipe pédagogique du CFA a déjà produit un très gros travail d'amélioration qualitative de l'enseignement. Travail d’ailleurs largement salué par nos partenaires qui s’en sont fait écho tout au long de l’année dernière. Le point d’orgue de cette refonte des méthodes pédagogiques a été le séminaire de travail de juillet auquel ont participé les 32 enseignants du CFA ainsi que Gilbert Riche, chef du Service Académique de l’Inspection de l’Apprentissage et Jean-Claude Terrenoire, chef de travaux du lycée professionnel de Saint-Yriex. Cette année scolaire a débuté sur le même ton dans la ligne définie lors de ce séminaire, avec comme objectif central la montée en puissance de l’individualisation des parcours.


En quoi cela va-t-il modifier la formation proposée par le CAF ?

Globalement, nous faisons le choix de sortir résolument de la formation de masse pour aller vers le sur-mesure. Le temps où les jeunes, en rangs serrés, apprenaient tous la même chose au même moment me semble vraiment appartenir au passé. Dans un CFA, je crois même que cette approche est en réalité contre-productive. Par nature, nous sommes en effet placés au carrefour de la diversité : diversité des profils d’apprenants, diversité des entreprises d’accueil et de leurs capacités formatrices, diversité des contextes personnels. Il est par conséquent essentiel de sortir de la tentation confortable de l’uniformisation pour, au contraire, essayer de tirer le meilleur parti des situations qui se présentent à nous. Ainsi ce qui peut apparaître dans le fonctionnement quotidien de l’établissement comme une contrainte représente en réalité la vraie richesse. C’est de l’intérêt des jeunes de « rentabiliser » leur temps de formation en allant à l’essentiel et le plus loin possibles. C’est bien sûr aussi l’intérêt des employeurs qui y gagnent en souplesse et en efficacité.

Est-ce que cela change quelque chose dans les relations que vous entretenez avec les entreprises qui font appel à vous ?

La formation par l’alternance est de plus en plus considérée comme un levier de gestion des ressources humaines et partant de la stratégie d’entreprise. Jerôme Bordes, qui gère le module d’accueil du CFA, en fait le constat tous les jours. Aujourd’hui, efficacité économique oblige, un employeur recherche avant tout le bon profil. C’est-à-dire celui ou celle qui saura s’intégrer à l’équipe de travail été construire sa compétence. Partant de là, la diversité est la règle. L’âge de recrutement par exemple devient un critère parmi d’autres. Ce qui fait que la typologie de nos apprentis entrants évolue. Un exemple frappant de cette tendance : 40 % des apprentis ébénistes ont plus de 18 ans et … sont titulaires du BAC ! Je pense que cela va s’accentuer dans les années qui viennent et s’étendre à tous les métiers. Autre tendance : on commence à voir arriver des jeunes diplômés de l’université qui s’intéressent à nos métiers. C’est bun vivier extrêmement riche de futurs talents et pourquoi pas de repreneurs d’entreprises. A nous de nous adapter pour offrir le meilleur accompagnement possible.

Y a-t-il des changements dans le fonctionnement de l’établissement ?

Nous avons réadapté notre organisation interne conformément à notre projet. Odile Montay a désormais en charge l’animation du Centre de Ressources et d’Aide à la Formation ; Michel Caillard est chargé du pilotage du plan de qualité pédagogique ; Isabella Ernst reprend le flambeau du Centre Permanent Professionnel et chapeaute l’individualisation des parcours ; Michel Montagnac est quant à lui chargé de renforcer le suivi personnel des jeunes dans le cadre de la cellule d’écoute mise en place l’an dernier.

Y aura-t-il d’autres projets instaurés cette année ?

L’international bien sur, CFA européen oblige, avec l’intégration de stages à l’étranger dans les parcours des apprentis de niveau IV ; la promotion de l’excellence avec la création de « l’équipe espoir de l’artisanat » ; l’ouverture culturelle avec la poursuite du café philo mais aussi quelques autres et non des moindres dont nous reparlerons.

Mardi 10 Juin 2008
Lu 1948 fois

Notez




A lire également :
< >

Mardi 19 Janvier 2016 - 13:48 Les « Mercredis des Métiers »

former | se former | se perfectionner | se reconvertir | nous contacter | regard sur la pédagogie | presse | anciens élèves | sympa ! pas sympa ! | publicité | FAQ | télécharger | vidéo | espace partenaires | espace anciens élèves | espace conseil de perf | La qualité au CFA