Formation de poissonnier, partenariat avec Bocuse, entrée du théâtre dans l’apprentissage


www.lamontagne.fr : dimanche 29 septembre 2013 .



Le CFA des 13 Vents s’ouvre sur l’extérieur. C’est du moins le credo du directeur qui multiplie les innovations. Jusqu’à convier le théâtre dans la formation des serveurs.
Au CFA des 13 Vents, la rentrée des 630 apprentis s'échelonne « jusqu'à fin octobre ». En trois ans, la région aura injecté près de 5,5 M€ dans la rénovation du plus gros établissement de formation du Limousin qui multiplie les initiatives. Objectif : « s'ouvrir sur l'extérieur ». Petit tour d'horizon des nouveautés avec le directeur, Frédéric Aubreton.

1 Poissonniers . « J'ai bien dit poissonnier, pas marin-pêcheur ! », sourit le directeur, Frédéric Aubreton. Le nouveau CAP qu'il vante prêterait à sourire au pays de la limousine si les besoins n'étaient pas criants sur le terrain. « Les artisans et les grandes surfaces cherchent de la main-d''œuvre qualifiée. Le poisson est un produit particulier. Il faut connaître les espèces et les techniques ». Une dizaine d'apprentis recrutés à l'échelon régional seront formés par un professeur « accompli, ex marin-pêcheur, ostréiculteur et poissonnier ambulant ».
« J'ai dit poissonnier, pas marin-pêcheur ! »

2 Fondation Paul Bocuse . Autre nouveauté, le partenariat noué avec la prestigieuse fondation du grand chef lyonnais. « Nous mettons en place des ateliers cuisine le mercredi après-midi pour les jeunes de 12 à 18 ans ». Concocté par la Fondation Bocuse, le programme sera dispensé par des professeurs du CFA. Le semestre coûte 90 €. Des places sont encore disponibles.
Contact : 05.55.20.75.20 ou accueil@cfa13vents.com.

3 Le théâtre entre en scène. L'idée n'est pas loin d'être révolutionnaire. Les vertus thérapeutiques du théâtre sur les grands timides ne sont plus à démontrer. Frédéric Aubreton l'applique à ses apprentis. Notamment les futurs serveurs. « Nous cherchions quelque chose pour décoincer nos jeunes. Qu'est-ce que le service en salle sinon un métier de représentation, de mise en scène du restaurant ? », interroge le directeur. D'où ce partenariat noué avec le Bottom théâtre qui interviendra pour des mises en situation.

« L'image de ce métier n'est pas toujours valorisée. Certains appellent les serveurs des porteurs d'assiette ou des larbins. Mais ce sont eux qui animent la salle. Ils font un métier de commercial. Et grâce au théâtre, nous aimerions qu'ils fassent la part entre ce qu'ils sont et leur rôle de serveur ». Un brigadier - bâton servant à frapper les trois coups au théâtre - a même été confectionné pour animer les séances et leur conférer une dimension réaliste. Une quarantaine de jeunes sont concernés par cette expérience. « J'aimerais qu'ils acquièrent de la prestance », rêve le directeur.

4 Coiffure de mode . « Nous voulons que la renommée du pôle coiffure dépasse les frontières corréziennes. Nous construisons nos modules de formation autour de la mode. Il y a de vraies opportunités de carrière pour les personnes mobiles ».

5 L'internat fait peau neuve . L'ancien internat datait de 1974. D'ici 2014, il sera entièrement rénové. 150 places seront disponibles.

Formations. Le CFA propose des formations en restauration, production alimentaire, coiffure, ébénisterie, mécanique et vente. La part des étudiants corréziens atteint désormais 70 %, contre près de 95 % il y a dix ans.

Laurent Derne
laurent.derne@centrefrance.com
www.lamontagne.fr

Jeudi 10 Octobre 2013
Lu 223 fois

Notez




A lire également :
< >

• vu dans la presse | • salle de presse