La première pierre d'un nouveau CFA


Christian Lavent, Jean-Paul Denanot, François Hollande et Bernard Combes ont lancé officiellement les travaux de rénovation du CFA les 13 vents le 2 octobre dernier. Frédéric Aubreton, directeur, a quant à lui reçu la Médaille de l'enseignement technique et sera prochainement décoré des Palmes académiques.



De gauche à droite : Christèle Coursat, Claudine Labrunie, François Hollande, Christian Lavent et Jean-paul Denanot.
De gauche à droite : Christèle Coursat, Claudine Labrunie, François Hollande, Christian Lavent et Jean-paul Denanot.

Christian Lavent, Président de la Chambre de métiers

La première pierre d'un nouveau CFA
Monsieur le Président du Conseil Régional,
Monsieur le Président du Conseil Général, Député de la Correze,
Monsieur le Maire de Tulle,
Mesdames et messieurs les Présidents,
Mesdames et messieurs les Directeurs,
Mesdames et messieurs,

Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre présence en ce jour qui marque le démarrage d'un chantier important pour notre Centre de formation. Cette réalisation, conjuguée au nouveau bâtiment inauguré ce matin par le CFA du bâtiment, va conforter le rôle et la place du site des Treize Vents dans la formation professionnelle par alternance.

Il faut dire qu’au delà de l’importance que revêt ce projet pour les artisans de la Corrèze, pour le Conseil Régional, le Département et la Ville de Tulle, les sommes investies ici – 2 500 000 euros- justifient à elles seules un éclairage particulier dans le contexte actuel.

Je veux tout d’abord remercier les financeurs et partenaires de ce projet :

Le Conseil Régional du Limousin qui une fois encore a répondu présent à la sollicitation de notre compagnie pour nous permettre d’investir ici en bénéficiant d’un subventionnement à 100%, le Conseil régional qui est également et de loin le principal financeur du fonctionnement de l’établissement.

L’Etat qui intervient dans ce financement au titre de la mise en œuvre du contrat d’objectifs et de moyens.

La ville de Tulle enfin qui, depuis la création de ce CFA, a toujours été à nos cotés pour accompagner nos initiatives. Rappelons par exemple qu’en 2005, la collectivité nous a permis de créer un parking de 110 places sur un terrain communal attenant au CFA ce qui facilite grandement l’accès au site pour les étudiants des métiers.

Merci à tous de ces efforts qui soutiennent et accompagnent le travail mené avec passion et talent par l’équipe du CFA pour améliorer sans cesse la qualité de la formation dispensée.

Je voudrais situer l'action de notre CFA en quelques mots.

Le Centre de formation « Les 13 vents » est devenu au fil du temps un véritable « Campus des métiers » qui couvre 13 métiers différents dans 6 champs professionnels principaux :

l’hôtellerie (cuisine et restaurant), la coiffure, la production alimentaire (boucherie, charcuterie, pâtisserie, chocolaterie, boulangerie), la vente de détail, la mécanique (véhicule motocycle et matériel de parcs et jardins), l’ébénisterie.

Il prépare à des diplômes professionnels allant du niveau V au niveau III, soit une filière de formation très complète avec des taux de réussites importants et une insertion professionnelle de 80 % à l'iisue de la formation.

Il accueille 650 personnes environ qui sont :

- des étudiants des métiers de la Corrèze, de la Haute Vienne, de la Creuse et parfois des départements limitrophes,
- des élèves de classe préparatoire à l’apprentissage,
- des adultes en formation qualifiante pour les métiers de l’artisanat.

Le CFA les 13 vents, géré par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Corrèze, revêt une grande importance pour le secteur de l'artisanat.

Les 5600 artisans de notre département ont, en effet, besoin de pouvoir compter sur des collaborateurs qualifiés qui potentiellement créeront ou reprendront une activité artisanale. N'oublions pas, en effet, qu'un apprenti sur deux s'installera, à terme, à son compte.

C'est donc un outil de formation et de qualification, certes, mais également un outil d'aménagement. Nos territoires, pour rester vivants, ont un besoin impérieux d’artisans. Les artisans sont le gage d’un développement raisonné et portent l’assurance que les populations vivant notamment en milieu rural continueront à bénéficier des services indispensables à la vie.

En misant ici dans la formation, nous oeuvrons pour assurer la pérennité des services de proximité en parfait accord avec les exigences actuelles du développement durable.

Dans sa mission, le CFA les 13 vents, s’est illustré ces dernières années par des actions innovantes ; « exemplaires » diront certains, dont certaines sont mises en lumière par l’obtention de labels :

- Label européen des langues obtenu en 2006 pour son action dans le domaine de l’apprentissage des langues et de la mobilité des jeunes étudiants des métiers à travers l’Europe,

- Label « égalité » décerné cette année par la délégation régionale au droit des femmes pour les actions menées par le CFA en matière de prévention des comportements sexistes.

Ces récompenses sont un juste retour du travail entrepris par l’équipe du CFA qui mène tambour battant un projet d’établissement innovant et dynamique couvrant tous les aspects de la formation et de l’éducation, en application des exigences posées par le Conseil Régional du Limousin en matière de qualité dans l’apprentissage.

L’axe fort de ce projet d’établissement est « la personnalisation des parcours » et la capacité que se donne maintenant le CFA de répondre à la demande diversifiée des apprenants comme des entreprises pour proposer des solutions de formations les plus adaptées.

Le chemin parcouru et le travail accompli vont d'ailleurs être à nouveau salués, dans quelques instants, par la remise de la médaille de l'enseignement technique à Monsieur Frédéric Aubreton, Directeur du CFA qui vient d'être, de plus, doublement distingué par l' attribution des Palmes Académiques, lors de la promotion du 14 juillet.

Si elles ponctuent l'ensemble des projets et des actions mis en oeuvre au cours des dernières années, permettez-moi de penser, Monsieur Aubreton, que ces deux distinctions rejaillissent sur l'ensemble de la communauté éducative de l'artisanat.

Pour revenir aux travaux engagés, c’est le projet pédagogique qui a conduit le projet architectural imaginé par Didier Chassary. La réorganisation des salles de classe et des espaces, la construction d'un Centre de ressources et d'aide à la formation, où les apprentis pourront travailler en autonomie, le réaménagement de la salle informatique et la création d'une salle de conférence sont autant d'atouts pour poursuivre et amplifier l'innovation et l'expérimentation.

Parce que nous sommes ici dans un secteur pavillonnaire, nous avons souhaité en outre que ce réaménagement s’intègre parfaitement à son environnement.

Comme vous le constaterez, Nous avons privilégié l’aménagement paysager avec un espace verdoyant donnant sur la rue. La façade est quant à elle traitée au moyen de vantelles en bois rappelant le patrimoine naturel local.

Je peux vous assurer de notre volonté de tirer le meilleur profit de cet outil et d'accentuer encore l'approche pédagogique basée sur la personnalisation des parcours.

En terme d'effectifs, nous redoutions que les effets d'un contexte économique quelque peu morose ne freinent la volonté des chefs d'entreprises d'accueillir et de former un jeune. Je dois dire, pour ce qui concerne notre CFA, alors que la période de conclusions des contrats se poursuit, que les premiers résultats sont particulièrement encourageants puisque nous nous situons à un niveau comparable à l'année 2008 , pour ne pas dire en légère progression.

C'est là un excellent présage pour les années futures dans un Centre devenu moderne, fonctionnel et innovant.

Je vous remercie pour votre attention.

Remise de la médaille de l'enseignement technique : discours de M. Gilbert Riche

Gilbert Riche, Chef du service de l'inspection de l'apprentissage (à gauche) remet la Médaille de l'enseignement technique à Frédéric Aubreton.
Gilbert Riche, Chef du service de l'inspection de l'apprentissage (à gauche) remet la Médaille de l'enseignement technique à Frédéric Aubreton.
Frédéric Aubreton...

Deux dates pour une mesure d’écart : le 28 juin 2004 et aujourd’hui, 2 octobre 2009, lancement d’une bien belle restructuration : cinq années séparent ces deux moments qui se situent aux antipodes de la vie de l’établissement que vous dirigez.

Le 28 juin 2004 : je conduisais l’audit du CFA en compagnie de quatre collègues inspecteurs. Une journée particulièrement lourde, assurément la plus pénible que j’ai eu à connaître dans ma carrière.

Je veux ici, et pour la dernière fois, rappeler la conclusion de mon rapport, je cite : « la commission estime que la rentrée ne peut pas se dérouler dans les conditions actuelles »...... Ce soir-là, le CFA les Treize Vents était au fond du gouffre et, en tant que spéléologue, je n’ai pas choisi l’image à la légère...

La chambre prenait alors la décision originale de confier la direction du CFA au Secrétaire Général et à son adjoint. Je veux ici saluer l’excellent travail réalisé par Jacques Chambon et Jean-François Robert. Ils ont ainsi, en mesurant l’ampleur de la tâche, pu se constituer une sérieuse batterie de critères de recrutement du futur directeur...

C’est à cette période transitoire jalonnée de souffrances, Frédéric Aubreton, que vous devez votre désignation sur la colline des Treize Vents !

Par votre formation d’abord : l’ESCAE suivie d’un diplôme de 3ème cycle en sciences de la communication ; par votre expérience professionnelle ensuite : chef de produit puis directeur d’une agence de communication, suivie d’une courte respiration dans l’édition. Et enfin, entre 1995 et 2005, directeur financier puis directeur adjoint du CFA-BTP de Bellerive-sur-Allier... Alors, connaissant les exigences de rigueur et de compétences de nos amis du réseau CCCA-BTP, nous savions tous que vous choisir ne pouvait nous décevoir. Mais nous savions aussi, que du fond du gouffre, le retour à la surface serait long, plusieurs années assurément...

Frédéric Aubreton, il ne vous aura fallu que deux ans pour redresser la situation.... Impressionnant ! Et l’on ne peut que vous en féliciter. Certes, vous ne l’avez pas faite seul cette « remontée » : vous avez su la piloter, manager vos collègues du CFA en leur redonnant espoir et sens. Je veux aujourd’hui, à travers vous, leur rendre hommage et je ne saurais oublier dans cet éloge la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Corrèze.

En quatre années, Frédéric Aubreton, vous avez ainsi démontré votre capacité à manager une équipe de 35 formateurs - éducateurs et 21 personnels administratifs et de service que compte votre CFA qui accueille plus de 500 jeunes en formation initiale et de nombreux adultes en formation continue.

Dans cette même période, le CFA les 13 Vents a mis en place plusieurs actions qui lui ont valu d’être distingué :

- par le « label européen des langues » en 2006
- par le Haut Commissariat aux Solidarités Actives pour la sécurisation des parcours des apprentis en 2007

D’autres actions remarquables ont été lancées au profit des jeunes :
- les « soirées philo » animées par un professeur agrégé de philosophie que je veux remercier ici
- « l’art appliqué en pâtisserie » en coopération avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Limoges
- et bien sûr, la rénovation de la Classe Préparatoire à l’Apprentissage en lien avec l’action « alternance au collège » sous la conduite de l’Inspection Académique de la Corrèze.

Toujours soucieux de positionnez votre établissement comme agent de développement local, vous avez fait une priorité de la relation générique « Ecole - Entreprise ». Convaincu de l’intérêt de la mutualisation des compétences, vous avez conclu plusieurs coopérations avec des lycées et des CFA du Limousin, mettant ainsi votre établissement du dispositif Lycée des Métiers qui, vous le savez, m’est particulièrement cher.

J’ai pu aussi constater que votre principale qualité de meneur de projet vous conduit à innover avec le défaut subséquent : « l’impatience ». Vous expérimentez sans cesse, vous évaluer et vous ajustez.

Et c’est bien sur la base de ce constat que, dans le dernier rapport d’évaluation des CFA du Limousin, j’émettais à l’intention du Conseil Régional, la proposition de confier au CFA les Treize Vents une mission de pilotage régional qui serait chargé de développer des actions de recherche pédagogique et d’expérimenter des concepts nouveaux en coopération avec d’autres établissements.

Cette stratégie complexe, que vous avez su élaborer et que vous peaufinez chaque jour, est incontestablement le bon moyen de mieux répondre, bien sûr aux besoins du monde économique, mais surtout à ceux des enfants qui vous sont confiés. Votre mot fétiche n’est-il pas « émancipation » ?

C’est à ce titre que l’Education Nationale a souhaité honorer l’homme, le cadre, l’éducateur dans une démarche exceptionnelle, car très peu de directeurs de CFA ont accédé à cette distinction de l’enseignement technique.

Vous honorer certes et à travers vous, tous les personnels qui vous entourent au CFA. Il s’agit aussi de saluer l’action des Chambres de Métiers et de l’Artisanat et des artisans du Limousin.

Frédéric Aubreton, je veux vous dire que votre distinction par la médaille de l’enseignement technique doit à la fois constituer pour vous une reconnaissance du travail accompli mais elle est aussi (vous me connaissez Frédéric) un encouragement appuyé à poursuivre dans le même sens car l’oeuvre n’est pas terminé...

A ce propos, Gilles Bal, Inspecteur d’Académie de la Corrèze, aurait souhaité être ici aujourd’hui : il m’a demandé de vous présenter ses excuses. Il aura l’occasion de vous dire que lui aussi attend beaucoup de vous lorsqu’il vous remettra très prochainement l’insigne des Palmes Académiques en particulier pour le travail exemplaire que vous avez accompli avec les collèges du département de la Corrèze.

Alors, Frédéric Aubreton, en ce 2 octobre 2009(seconde date marquante depuis le 28 juin 2004), pour toutes les raisons que je viens d’évoquer et avec le plaisir non dissimulé du Corrézien à un voisin Auvergnat, je vous remets, au nom du Ministre de l’Education Nationale, la médaille de l’Enseignement Technique.

Réponse de Frédéric Aubreton, Directeur

La première pierre d'un nouveau CFA
Recevoir une distinction est toujours un honneur.

La recevoir en ce lieu où j’exerce depuis quatre ans maintenant mon métier avec conviction et passion ; par les mains de professionnels de l’Education est pour moi un motif de pleine satisfaction et de joie.

Je ne bouderai ni ne tairai donc pas mon plaisir d’être ici aujourd’hui

Je veux remercier tout d’abord madame le Recteur d’Académie de Limoges qui m’a jugé digne de cette médaille de bronze de l’enseignement technique pour services rendus à l’enseignement professionnel.

Encore fallait-il pour qu’elle fasse ce choix qu’elle ait près d’elle des collaborateurs proches qui soient à même de l’éclairer sur la nature et les mérites de ces services rendus.

Je veux donc bien sûr associer à mes remerciements monsieur l’Inspecteur d’Académie de la Correze, messieurs et mesdames les Inspecteurs de l’Education Nationale chargés de l’enseignement technique, ou de l’information et de l’orientation avec qui j’ai le plaisir de travailler dans un climat de parfaite confiance et de pleine collaboration.

Parmi eux je veux bien sûr adresser un remerciement tout particulier et très appuyé à Gilbert Riche chef du Service Académique de l’Inspection de l’Apprentissage pour sa confiance, son aide au quotidien dans l’exercice de mon métier mais aussi pour le partage généreux de sa vision, originale, souvent novatrice, toujours rigoureuse de l’Education des jeunes par l’apprentissage.

Merci Monsieur Riche pour m’avoir, dès mon arrivée en Limousin, ramené à cette évidence pourtant inscrite dans le code du travail et reprise dans la charte de l’alternance pour l’apprentissage en Limousin. C’est l’article L 6211-1 « l’apprentissage concourt aux objectifs éducatifs de la nation ».

Cette seule phrase résume à mon sens l’ampleur de l’ambition donnée à cette forme d’enseignement initial qu’est l’apprentissage, qui ne saurait se résumer à la seule transmission des savoirs techniques, incontournables bien sûr mais dont nous savons tous, avec le temps, l’obsolescence normale et inéluctable.

S’il s’agit aujourd’hui de former parmi les citoyens les professionnels et créateurs du progrès de demain, les chefs d’entreprises artisanales, les compagnons, les collaborateurs, alors l’apprentissage se doit d’avoir pour véritable ambition de former des hommes et femmes complets, émancipés, c'est-à-dire capables, autonomes et responsables d’eux-mêmes.

Au CFA les 13 vents, je vous prie de le croire, cette vision que je n’hésite pas à qualifier d’humaniste, nous la partageons tous. Enseignants, personnels administratifs, de service, d’éducation, employés, agents de maîtrise, cadres. Nous avons en commun cette culture de l’encouragement, de l’accompagnement, du tutorat, de la promotion sociale, de la proximité, du service au public qui place l’apprenti qui nous est confié au centre même de notre action, étroitement associé en cela à l’entreprise qui l’emploie.

Quoi de plus normal me direz vous dans un CFA administré par une Chambre de Métiers : ce sont là les valeurs profondes et je crois fondatrices de l’artisanat. Premier employeur de France. Premier employeur d’apprentis de France.

Ainsi la médaille de l’enseignement technique que vous me faites l’honneur de me remettre aujourd’hui c’est un peu, il me semble, la conséquence du partage de cette vision et de mes rencontres en ces lieux autour de valeurs auxquelles je crois.

Rencontre avec une ambition authentique et affirmée : celle des élus de la Chambre de Métiers et de l’artisanat de la Corrèze voulant assurer l’avenir de leur secteur en misant dans un centre de formation innovant et performant. Merci à Christian Lavent, à Laurent Melin et à l’ensemble des membres élus pour la confiance à priori, sans réserve et exigeante qu’ils m’accordent dans conduite du projet de formation dont ils m’ont chargé. Merci à Jacques Chambon Secrétaire Général de la Chambre de Métiers pour la rectitude et l’à-propos de son jugement, pour son humour, mais aussi sa fidélité absolue à la parole donnée.

Rencontre avec la générosité et le professionnalisme d’une équipe, agents de la Chambre Métiers, personnels du CFA parfaitement dévoués à la cause des entreprises artisanales et des jeunes apprentis. Mes chers collègues, vous avez accepté m’accompagner sur le chemin ardu et complexe de la personnalisation des parcours qui font l’atypisme remarqué de cet établissement et la raison d’être de la rénovation dont nous célébrons aussi aujourd’hui le commencement. Merci à vous tous et toutes pour votre engagement sans faille.

Rencontre toujours avec le caractère affirmé d’une Région Le limousin à propos de laquelle il faut que je vous avoue des origines creusoises paternelles.

Rencontre enfin avec le Conseil Régional du Limousin et le dynamisme de son action en faveur de l’apprentissage. Il me faut le dire aussi Monsieur le Président, la décision de ma venue en Corrèze il y a quatre ans, moi qui à l’époque exerçait ma profession à l’Ecole des Métiers du Bâtiment de Vichy-Bellerive, doit aussi beaucoup à la lecture attentive du PRDF, de la charte de la l’alternance pour l’apprentissage, du projet qualitatif conduit sur ce territoire. Ils me sont apparus à l’époque comme propices au développement de ma vision de l’apprentissage et à mon épanouissement professionnel. Notre présence ici aujourd’hui exprime sans nul doute la justesse de ce choix. Et à ce point de mon discours vous permettrez certainement d’avoir une pensée pour celle qui incarna si bien ce dynamisme jusqu’alors et ne peut malheureusement être parmi nous aujourd’hui : je veux parler bien sûr de Claudette Pailler.

Mesdames, messieurs, il me reste à vous remercier pour m’avoir fait l’amitié d’être présents aujourd’hui à l’occasion de cette remise de médaille mais surtout pour avoir été témoin de la pose de la première pierre de la rénovation signe du nouvel élan du CFA les 13 vents.

Merci à vous tous et toutes.





Vu dans la presse

La première pierre d'un nouveau CFA
Cliquez sur les logos pour découvrir les articles…

La première pierre d'un nouveau CFA

Mercredi 7 Octobre 2009
Lu 3757 fois

Notez




A lire également :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 11:14 Les « Mercredis des Métiers »

former | se former | se perfectionner | se reconvertir | nous contacter | regard sur la pédagogie | presse | anciens élèves | sympa ! pas sympa ! | publicité | FAQ | télécharger | vidéo | espace partenaires | espace anciens élèves | espace conseil de perf | La qualité au CFA | Fonds social européen/Erasmus +