Trois histoires d’apprentissage qui illustrent les formations dispensées dans les CFA de Tulle


La Montagne mercredi 21 mars 2014 : L’apprentissage ne connaît pas la crise. Tel est le message des trois CFA tullistes avant leurs journées portes ouvertes les 28 et 29 mars.



(de gauche à droite) Thierno Bah, Véronique Fouillade, Jérémy et Laurent Bouillaguet, Alexis Duverneix et Pascal Chambaudie.? - photo : dp
(de gauche à droite) Thierno Bah, Véronique Fouillade, Jérémy et Laurent Bouillaguet, Alexis Duverneix et Pascal Chambaudie.? - photo : dp
Dans ces temps de crise, trouver un emploi à durée indéterminée devient pour un jeune une mission presque impossible. Pourtant, une voie directe, l'apprentissage mène vers la vie active. Sa philosophie repose sur un triangle vertueux composé de l'apprenant, son maître d'apprentissage et le centre de formation. Avant les journées Portes ouvertes, le 28 mars pour le CFA du bâtiment et le 29 mars pour les trois CFA de Tulle (Les 13 vents, CFA du Bâtiment et celui de l'industrie), nous avons rencontré trois apprentis et leurs maîtres d'apprentissage.

Thierno Bah. Originaire de Guinée-Conacry, à 20 ans, Thierno Bah a derrière lui un parcours un peu chaotique et une très forte envie de s'en sortir. Arrivé adolescent à Paris en 2009, il a été pris en charge par la fondation Pompidou à Treignac. « J'ai passé un CAP des services en salle en Corrèze. En faisant mes stages, j'ai découvert l'hôtel-restaurant Fouillade à Argentat. Madame Fouillade m'a proposé de préparer un brevet chez eux et j'ai accepté, car je voulais pousser mes études le plus loin possible. J'aime le contact avec les clients. De plus, mon métier me permet d'assimiler plus facilement la culture française ».

Véronique Fouillade et son époux Michel forment des apprentis depuis plus de vingt ans. « J'adore mon métier et j'aime former. Ça fait plaisir de voir un jeune comme Thierno qui avance, qui est là parce qu'il aime son métier tout simplement et qu'il a envie de réussir. »

Alexis Duverneix. Alexis Duverneix est en BTS usinage au CFA de l'Industrie de Tulle. « J'ai choisi l'alternance pour pouvoir toucher le c'ur de mon métier, tout en me formant. »

Pascal Chambaudie est son maître d'apprentissage au sein de la société Avenir Mécanique d'Aubazine. « Au début de son apprentissage, Alexis était très encadré. Maintenant, il peut faire les réglages des machines tout seul, comme un professionnel. Chaque apprentissage est individualisé. On s'adapte, on fait du sur-mesure. »

Jérémy Bouillaguet. Laurent Bouillaguet est gérant de l'entreprise de couverture, de zinguerie et d'isolation du même nom sur Sainte-Féréole. « Nous avons eu des apprentis qui travaillent aujourd'hui dans l'entreprise. Actuellement, mon fils Jérémy (17 ans) est en apprentissage. Il vient de passer son CAP et travaille déjà comme chef d'équipe sur nos chantiers. »

« J'aime bien le travail de couvreur et m'intéresse aussi au chiffrage d'un devis », complète Jérémy.

Ces trois histoires des trois CFA tullistes démontrent chacune à sa manière que la vie active, si loin pour certains, peut devenir si proche pour d'autres. Il suffit parfois d'un pas.

Dragan Pérovic
dragan.perovic@centrefrance.com

Jeudi 27 Mars 2014
Lu 381 fois

Notez



• vu dans la presse | • salle de presse